Construction de piscine : les obligations réglementaires

Qui ne rêve pas d’une piscine à l’extérieur de sa maison pour se rafraîchir lorsque la chaleur frappe ? Si vous pensez qu’il suffit de creuser une cavité et d’y mettre de l’eau, détrompez-vous ! La construction d’une piscine est semblable à celle d’une maison elle-même, selon la loi, et est ainsi régie par des réglementations que vous devez connaître.

Ce qu’il faut savoir avant de construire une piscine

La construction d’une piscine est un projet coûteux et des problèmes imprévus peuvent survenir en cours de route. Afin de ne pas avoir de surprise lorsque votre sous-traitant livre la facture finale, vous devriez obtenir une estimation des coûts d’installation avant de commencer votre projet. Votre choix de matériau de surface pour la piscine joue un rôle important dans son coût final. Le béton est le matériau le plus durable pour la piscine et vous permet de personnaliser le design de cette dernière, mais c’est aussi le matériau avec lequel la piscine est la plus couteuse. Une coque en fibre de verre est non seulement moins chère et assez durable, mais ne vous offre aussi que peu d’options en termes de forme et de taille. Le matériau de piscine le plus économique est un liner en vinyle, mais il peut être déchiré et est plus susceptible aux fuites. Il peut donc être nécessaire de le remplacer tous les 10 ans environ.

Les obligations liées à la construction de piscine

Tout d’abord, les réglementations sont différentes par rapport à la taille du bassin. Ainsi, vous n’aurez pas à réaliser une déclaration de travaux si votre piscine est de moins de 10 m². Si elle est comprise entre 10 et 100 m², vous devez envoyer une déclaration préalable de travaux à la Mairie de votre résidence. En cas d’acceptation, vous avez deux ans après la réponse pour réaliser les travaux. Par contre, une demande de permis de construire est nécessaire si la piscine dépasse le 100 m². C’est également le cas pour les piscines dotées d’abri de jardin de plus de 1.80 m de hauteur. En dessous, une simple déclaration de travaux suffit. Il existe également des réglementations qui prévoient un système de sécurité (prévention de noyade ou d’autres accidents). De son côté, l’installateur doit expliquer en détail le fonctionnement, les caractéristiques et l’entretien lié à la piscine.

Conséquences du non-respect des règles et obligations

Il existe généralement quatre (04) équipements concernant les règles de sécurité pour une piscine : la barrière de protection, l’alarme immersion ou alarme d’approche du bassin, la couverture de sécurité de type bâche et l’abri recouvrant intégralement le bassin. Cependant, au moins un d’entre eux est exigé par la loi. Si vous faites exprès d’ignorer cette réglementation, vous risquez de payer une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 €. Ceci est aussi bien valable pour le propriétaire que l’installateur, notamment si celui-ci n’a pas remis la note technique.

Eclairage, revêtement : comment aménager une allée conviviale ?
Quand et à quel moment faut-il tailler ses haies ?