Ecologie : les règles d’or pour construire une maison passive

Le concept de maison passive a rapport à la chaleur à l’intérieur et à l’ensoleillement, que ces deux sources suffisent à apporter de l’énergie nécessaire au chauffage. C’est pour cette raison qu’elle se distingue par son isolation parfaitement conçue en supprimant le pont thermique, en trouvant des solutions d’étanchéité à l’air et en mettant en place une isolation performante.

Élimination de pont thermique

Dans le but de conserver la chaleur, il faut que l’intérieur de la maison passive garde une température ambiante de 19°C et l’idée est de rendre le bâti comme s’il est recouvert d’un manteau. Tout est pensé pour que sol, mur, toiture et ouvertures contribuent à la réduction de consommation en énergie. Il faut, par conséquent, opter pour des rupteurs de pont thermique pour le mur. Explicitement, avant d’arriver à ce stade, il est possible en l’occurrence de limiter les angles, les murs de refend et les saillies comme les rebords de fenêtre ou balcon, entre autres. Une mise au point est à travailler également au niveau de l’isolation et le choix des matériaux y est pour quelque chose avec le béton cellulaire, l’argile expansée, la brique-béton cellulaire ou le verre cellulaire.

Traitement de l’étanchéité à l’air

La réussite de l’étanchéité du sol vient du fait que les remontées n’existent pas et le choix se tourne ainsi vers l’usage d’un pare-vapeur, outre la mise en place d’une plaque d’isolant en diagonale superposée d’un drain. Le toit, lui, dépend de la technique de construction dont le classique, le coffrage en usine ou l’ossature bois. Il vous faut de la plaque de plâtre et de bois, laine de roche et de bois, PSE, tuiles, ardoise, mousse PU, caissons préfabriqués, paille, ouate de cellulose, tôle ou bac acier. Bref, les cheminées à foyer ouvert, la hotte, les fenêtres, les serrures, les gaines d’électricité ou de téléphone, entre autres, et la toiture sont des parties susceptibles de présenter une fuite. Mais le traitement va de pair avec la ventilation mécanique contrôlée ou VMC double flux.

Une bonne isolation

Une règle de la construction d’une maison passive est la bonne isolation et pour y parvenir une membrane étanche à l’air ainsi que du matériau isolant avec une résistance certifiée importent beaucoup. Quant à l’inertie thermique, les murs porteurs sont à installer à l’intérieur. Autant de conditions, pour ce faire, comme les différentes épaisseurs dont pour les murs. Il faut que ce soit 30 cm contre 40 cm pour le toit et 20 cm pour le sol. Nombreuses options se présentent en la matière et les naturelles sont le chanvre, le lin, la lège, la chènevotte et le bois, entre autres. Elles sont préconisées par les constructeurs selon le climat ou la géographie où se trouve le chantier.

Construction : quel est le rôle de l’architecte ?
Maison en bois, est-ce vraiment plus écologique ?