Dégât des eaux : Les bons réflexes

Le dégât des eaux

Le dégât des eaux est le genre de sinistre qui survient le plus souvent au domicile des particuliers. Plusieurs raisons peuvent en être la cause : robinets et canalisations mal entretenus et qui fuient, baignoires qui débordent, canalisations et tuyauteries qui explosent sous l’effet du gel… Lors que vous faites face à ce problème, vous devez adopter quelques bons réflexes. Découvrez-les dans les prochaines lignes.

Pensez à limiter les dommages

Ce que vous devez faire en premier lieu, c’est de déterminer la cause du sinistre. Cela vous permettra de prendre les mesures adéquates pour limiter les dégâts, si possible. Certaines mesures de bon sens contribuent considérablement à les réduire en attendant l’arrivée d’un spécialiste en recherche de fuites comme www.fuiterecherche.com. Selon la source de la fuite, vous pouvez, par exemple, couper l’arrivée d’eau, colmater la fuite sur un tuyau ou sur la toiture, ou encore arrêter l’appareil défaillant. Ce sont des mesures préventives pouvant être réalisées en toute facilité et sans danger.

Cependant, vous devez tenir compte de certains points avant de faire intervenir un plombier : les frais découlant de son travail seront-ils pris en charge ou préfère-t-il que vous régliez directement les factures ? Dans tous les cas, pour que l’intervention ait lieu, votre accord est obligatoire en tant qu’occupant de la maison où provient le dégât des eaux. De ce fait, si vous n’occupez pas la maison, mais en êtes seulement le propriétaire, vous devez obtenir l’accord du locataire ou de la personne qui y vit. En effet, seuls les pompiers sont autorisés à pénétrer chez un tiers en cas d’urgence, notamment lors d’une inondation grave.

Prévenez votre assurance dans les meilleurs délais

Vous devez signaler le sinistre à votre assureur dans un délai de cinq jours, à compter de la survenance du dégât. Une fois avisé, il constituera un dossier dans lequel vont figurer votre nom, vos coordonnées,la nature, les causes et les conséquences du sinistre. Si vous êtes le seul occupant de la maison, votre déclaration peut suffire. En revanche, si les victimes sont nombreuses (comme dans le cas d’un immeuble en location), un constat amiable avec les autres occupant doit être rempli. Le nom, les coordonnées, le nom des compagnies d’assurance et les numéros de police d’assurance des différents tiers doivent donc figurer dans le dossier.

Attention à ne pas dépasser ce délai de cinq jours, car vous risquez d’être hors délai, et la procédure de règlement du sinistre ne pourra plus être entamée.

Sachez également que l’étendue de la garantie en cas de dégât des eaux peut varier d’un contrat à un autre, du fait qu’elle n’est définie par aucun texte. Mais les dommages pouvant être couverts concernent : les fuites au niveau des conduites d’eau, des canalisations non enterrées et des appareils à effet d’eau (baignoire, lave-linge, lave-vaisselle…), débordement de gouttières, infiltration à travers la toiture, la terrasse, le balcon et la façade…

Essayez de chiffrer les dégâts

La convention Cidre a été élaborée pour faciliter le règlement des sinistres ou les procédures d’indemnisation entre assureurs et assurés en cas de dégât des eaux. Elle entre en jeu si le montant des dommages matériels est évalué entre 250 € HT et 1600 € HT, et celui des dommages immatériels en dessous de 800 € HT. Si le montant ne dépasse pas les 250 € HT, c’est à l’assureur de prendre en charge l’indemnisation. Par contre, s’il est trop important et n’entre pas dans le cadre de la convention de Cidre, vous pouvez demander une expertise contradictoire réunissant votre expert d’assurance et ceux des tiers impliqués. Il est donc important que vous évaluiez les pertes engendrées par ce sinistre pour pouvoir déterminer les procédures à entamer.

Faire appel aux prestations d’une entreprise de rénovation de patrimoine
Quelles solutions pour combattre l’humidité dans une pièce ?